Night Confession #36 - Détachement

Faire face au passé permet de se situer. C'est une confrontation avec une chose non palpable, il n'y a aucun détour. Pour "obtenir" (séduire) une personne, il faut être prêt à la perdre. Une fois la personne perdue, il ne reste plus que les souvenirs et l'incertitude.


A maintes reprises, nos chemins se sont croisés alors qu'il n'y avait aucune raison que cela arrive dès la toute première fois. Chaque rencontre est un retour à la négativité. Impossible de ne pas se dire que ce fut une grossière erreur. Une nuance toutefois, la responsabilité n'était pas la tienne, candeur et aveuglement de ma part ont fait le reste. La seule chose à espérer c'est que c'était la dernière fois.

Ce fut furtif, à peine le temps d'un regard qu'il y eut disparition. Etre noyé dans la masse des amants passés n'est pas très gratifiant, cela méritait malgré tout d'être mentionné. Le reniement serait puéril, l'apport n'a pas été court mais bien réel. L'esprit n'a pas été plus envahi que cela, l'appréciation était elle bien présente.

Surpris et enthousiasmé, la scène était théâtrale et inespérée. On a beau réfléchir et s'imaginer la situation lorsque le moment se déroule les idées manquent. La naïveté refait surface et on croit à la magie, aux contes de fées. "C'est ce que c'est" traduirait t-on littéralement en anglais. Les "et si seulement"" ne doivent pas prendre le pas sur "et maintenant c'est comment". Les questions sont toujours aussi envahissantes mais l'impératif vital est de les rendre affirmatives.