Night Confession #32 - Sans Blanc

Il n'y a pas toujours d'explications à donner sur ce qui nous traverse l'esprit. Le blanc n'est pas une couleur ou peut être que si, vu qu'on l'étudie en sémiologie (symbolique des couleurs). Trop de mots complexes, trop de complexité pour être entendu, lu, compris. Le blanc signifie la pureté, la propreté, la virginité, la lumière, l’innocence et la perfection, mais peut aussi être perçu comme un manque d’âme, du vide. Vide comme une absence de mots dans une conversation. Un échange sans blanc est plein de continuité, chacun des interlocuteurs est en alchimie avec son prochain à moins que ce ne soit le contraire et que pour combler le vide on parle à l'excès. 


Le blanc représente donc également la lumière, soit le bonheur en somme, pas de digression juste de la continuité. En suivant cet axe de réflexion, on peut déduire qu'un quotidien sans blanc serait donc un quotidien noir. Le malheur constant sans aucune trace de positif. Ce n'est pas un mauvais jeu de couleurs juste une description. En phonétique, "sans blanc" ressemble au participe présent du verbe "sembler". C'est donner l'impression d'être quelqu'un ou de faire quelque chose. Une fois de plus, le mensonge, le faux; mentionnés à travers d'autres inutiles, folles, perturbées expressions personnelles.
Etre transparent (c'est à dire sincère) ou blanc n'offre pas grand chose de bon sauf peut être avec un noyau de personnes rapprochés. Autrement cela donne lieu à tout type de jugements, permissions ou autres manipulations. Tout le monde habille sa personnalité de noir, tout le monde fait sans blanc.