Night Confession #29 - Plaisir et Futilité



Le plaisir est l'inverse de la douleur. Il représente un état émotionnel agréable survenu spontanément à partir d'une situation donnée, de la satisfaction d'un désir ou de la perspective de cette satisfaction. Physique, psychique ou intellectuel, il concerne tous les âges et est, comme le désir, indispensable à l'équilibre d'un être humain. Son refus, conscient ou inconscient, révèle un trouble psychique. Sigmund Freud a défini le plaisir comme l’état de détente faisant suite à la décharge d’une tension. Passé ses déclarations très globales, il est intéressant de définir certains plaisirs particuliers.

La consommation de substances psychotropes est l'un des plaisirs les plus répandus dans les sociétés modernes. Chacun utilise ce lubrifiant social pour se désinhiber, se détendre, oublier, repousser les problèmes, se mettre dans l'ambiance. Jusqu'à ce qu'on ne puisse plus du tout s'amuser si l'on a pas pris un petit verre, fumer un petit cône ou autre. A croire que la dépendance est inéluctable pour tout un chacun. A chacun sa dépendance, à chacun son plaisir. La chose certaine c'est que le besoin de se mettre dans des états seconds est présent dans l'esprit de bon nombre de personnes. Un peu comme si la pression infligée par le poids de la réalité était trop insoutenable pour assumer l'état dit "normal" de manière régulière. Les plus sages, réservés ou modérés d'entre nous ne consommeront rien d'autre que de l'eau ou du soda. Ceux-là auront su éviter le mécanisme de dépendance ou le premier (fatal) test d'une nouvelle substance. Les considérations religieuses et les dogmes ne rentrent pas en ligne de compte. Ils sont régulièrement bafoués de manière hypocrite.

Le meilleur divertissement serait-il le plus futile?

Lorsque l'on évoque le plaisir, on ne peut pas assez outre les relations sexuelles. Elles sont tout un symbole en elles-mêmes. De l'extase à l'ennui, de la performance à la panne, tout ne tient à rien et ne représente pas grand chose et tout en même temps. C'est l'acte de don de vie mais aussi l'acte de trahison. C'est le partage entre les âmes ou un simple partage de fluides. En résumé, c'est l'opposition entre la vacuité et la plénitude que représente ce mot à quatre lettres tellement présent dans l'inconscient. Les hommes et les femmes mentent sur leurs nombres de partenaires, les uns cherchent à gonfler le chiffre des conquêtes, les autres à minimiser la quantité d'hommes fréquentés. Le ciment d'un couple représente aussi une échappatoire tout comme un moyen d'entretenir son corps et de détendre son esprit. Mais pourquoi alors ce sentiment de néant, une fois que tout est terminé avant que l'envie irrépressible ne revienne..indéfiniment?