Night Confession #19 - Ride ("raïde") part 1

Rider c'est un mot anglais, cela signifie plusieurs choses à la fois, explorer, avancer, plus ou moins escalader et onduler. On associe dans l'argot très actuel, une ride à une soirée, un voyage, une expédition en quelque sorte.


Souvenir de riders sans planche. Cette nuit où tout est censé plus ou moins bien se passer sans plan de soirée prévu mais avec des idées de lieux à fréquenter. La vision d'endroits où se diriger. Puis c'est le départ, les verres se remplissent et se vident tout aussi vite. Les cigarettes se consument à une vitesse toute aussi rapide que l'on ne se rend pas compte qu'on a fumé parfois 3 à 4 cigarettes d'affilée. Fumer peut entraîner à long terme, il est bon de le préciser. Il est également bon de rajouter que fumer est une sensation peu agréable au goût, ne reste donc que la gestuelle, l'appréciation de la fumée et l'effet placebo (plus ou moins) offert par la nicotine. En somme, la nicotine permet plus d'être dépendant que moins stressé. Après la première partie, vient le moment de se mouvoir. Les premiers effets de manque d'équilibre, de sourires exacerbés et de voix excessivement élevées se font sentir.


Par la suite, le parcours du combattant motivé commence dans les transports en commun à d'avoir les moyens de se payer un chauffeur, une voiture ou un taxi.  Que ce soit à Paris ou dans tout autre ville assez grande pour disposer d'un circuit métropolitain, les expériences se suivent et se ressemblent. On tombe sur des individus particuliers, en dehors des réalités. Trop saouls pour se souvenir du monde lointain dans lequel ils étaient des individus à part entière.