Les Rihannon ou le culte de l'artifice des jeunes femmes noires

Les Rihannon, véritable phénomène de foire, mélange des genres grossiers. Rihannon, en hommage à Robyn Fenty alias Rihanna , vedette, égérie, modèle de beauté, trash girl, l'une des personnes les plus influentes pour les femmes de 15-25 ans. Ce prénom est un néologisme, une sorte de négation de la star pour évoquer une catégorie de femmes. Ce sont de jeunes filles en quête d'identité et de reconnaissance. Elles pensent avant tout à se faire remarquer et pour cela essaye de copier à l'identique toutes ces stars qu'elles admirent.

Fin 2011, le rappeur Mokobé publie la vidéo du second single de son deuxième album Africa Forever et crée une polémique aux à traits incompréhensibles. Sous prétexte qu'il stigmatise une partie de "sa" communauté, en l'occurence la communauté noire, son clip ainsi que son intégrité ont été remis en question. Tout d'abord petite précision, le terme de diaspora ou communauté noire est une véritable lubie dans l'Hexagone. Il y a plusieurs communautés au sein des personnes dites de couleur noire. En aucun cas, ces ensembles forment un tout.

Revenons aux Rihannon, ces filles/femmes adulescentes ont souvent une vie à la croisée des chemins (un peu comme les hoodrats). Il y a toujours eu des filles de joie, des filles faciles, des rêveuses ou même des michtonneuses. Cependant, ce phénomène a été accentué depuis l'essor du Web et la possibilité à tous d'avoir accès à une multitude d'informations. De ce fait, ces jeunes femmes peuvent savoir comment leurs idoles se sont habillés la veille, la dernière coupe de cheveux de Beyoncé ou de Rihanna. On idolâtre les stars et leurs modes de vie sans savoir ce qu'il en coûte. Elles veulent être des vedettes sans pour autant développer un quelconque talent dans la chanson, l'écriture ou un quelconque art.

Cela rejoint la grande philosophie du buzz. D'après l'édition Larousse 2010, le buzz est une rumeur, un retentissement médiatique, notamment autour de ce qui est perçu comme étant à la pointe de la mode ( évènement, spectacle, personnalité,etc.). Ce culte est devenu la nouvelle religion des nouvelles générations. Tout le monde veut être reconnu pour pas grand chose. D'aucuns effectuent des shows de télé réalité, pour d'autres, le but est de simplement de pouvoir entrer plus facilement dans certaines discothèques. Mokobé n'a pas eu le courage de son acte pour un clip plein de second degré et très pertinent. Il est aussi possible que les pressions de sa maison de disque ont eu raison de son ambition artistique. Cependant, ceux et celles qui ne comprennent pas la visée "éducative" de cette vidéo n'ont pas le recul ou l'honnêteté de valider l'existence de ces phénomènes sociaux.