Welcome to the Los Angeles Airport


Est ce son dernier album? Qu'est ce qu'il va nous annoncer cette fois-ci après ses envies de suicides ou de retraite musicale? Chuck Taylor alias The Game est un nom dans le rap "game" n'en déplaise à certains. En quatre ans, il a remis à lui seul la West Coast sur pied. Et oui, l'un des mc's les plus actifs de la côte californienne possède le flow d'un rappeur new-yorkais. Il cultive les paradoxes, c'est sa manière de singulariser son style. Sans oublier le name-dropping qu'il pratique à outrance depuis ses débuts.

Bref revenons à L.A.X acronyme de l'aéroport principal de Los Angeles. Après l'introduction très religieuse de ce doux pasteur DMX, on entre tout de suite dans le vif du sujet avec "L.A.X. Files" une instrumentale typiquement West Coast. Un enchainement de morceaux énergiques en compagnie de gros punchers (Ice Cube et Raekwon rien de moins que deux des emblèmes des deux côtes) avant le premier hit "My Life" featuring Lil' Wayne. Je met au défi quiconque de me trouver un album rn'b ou rap ayant fait de grosses ventes aux Etats-Unis sans la présence de Lil'Weezy dans la tracklist. En tout une énorme performance vocale du présumé (autoproclamé disons) Best Rapper Alive avec l'aide de l'autotune (il en va de soi). Le morceau est une supplique funèbre et religieuse.

Dans ce florilège d'invités, on note les belles apparitions de Ludacris, Raheem Devaughn ou Common. La track 14 "Angel" est un superbe morceau où le rythme soul-jazzy sied à merveille au talentueux master of ceremony de Chicago. Tout comme dans Doctor's Advocate, The Game ne fait pas ou peu appel à Dr. Dre mais ses apprentis le remplace avec talent comme sur le deuxième single "Dope Boyz" produit par le dénommé 1500 or Nothing, qui décidément monte en grade. "Game's Pain" featuring Keyshia Cole, premier hit, clip propre, son agréable on arrive à la fin de l'opus. Qui de plus efficace pour finir le boulot que Mister Nas Escobar, le king of NY délivre des textes toujours aussi sensés sur la très belle balade "Letter to the King".

En définitive, un troisième album de très bonne facture pour The Game. Néanmoins ceux qui s'attendaient à un retour à des morceaux plus enervés comme "Higher" sur le premier album The Documentary en seront un peu pour leur frais. Mais, il ravira quand même la majeure part des amateurs de hip-hop made in U.S.. Un des tous bon albums de 2008.