Young Jeezy et le recul de l'activité économique


Le troisième opus du Snowman pour débuter cette nouvelle aventure. Pas une des meilleures sorties de l'année 2008 mais un condensé de trap muzik à haute dose. Young Jeezy, qui avait déçu des fans avec The Inspiration espère bien se relancer en solo avec cette récession. Quand Let's Get it: Thug Motivation 101 avait installé Jeezy sur la planète hip-hop dirty south, les amateurs de l'homme aux gimmicks ( "Yeeeaah", "Haha" ou encore "Tchyeah") etaient dans l'attente d'un opus encore plus grand. Ils sont tombés sur un album fade sans relief avec des prods toujours aussi monocordes dans une soupe sudiste indigeste.


The Recession, un ralentissement de l'activité économique, nul ne sait si c'est un parallèle avec l'activité hip-hop mais il n'aurait pas lieu d'être au vu du nombre de projets qui pullulent ces derniers mois. Young Jeezy a des producteurs pour la plupart inconnus au bataillon comme 1500 or Nothing. Par rapport aux featurings, là aussi, il n'y pas nombre d'affamés au portillon. Seuls Kanye West (nouvel addict du vocoder), Nas, Anthony Hamilton et Lloyd apparaissent sur l'album. Les deux premiers nommés apportent chacun une facette de leurs talents, notamment Nas très engagé politiquement ces derniers temps ( "My President") alors que Kanye West essaye de réhausser le niveau sur "Put On". Une question me taraude toutefois, quand est ce que cette vague de l'autotune qui déferle sur le hip hop made in America va t'elle s'arreter?
Au final, The Recession est un album qu'on pourrait qualifier de monocorde mais que les initiés de la trap muzik sauront apprécier. Yeeeeaaaah!